Uncharted : Golden Abyss [PSVita]

conclusion

Note globale
65%
Uncharted : Golden Abyss est un bon jeu qui prouve bien les capacités de la PSVita. Si vous aimez le mélange d'action et de plateforme, vous serez servi, surtout qu'il faut l'avouer, y'a rien d'équivalent sur PSVita pour le moment. En revanche il est difficile de ne pas comparer cet opus à ces ainés sortis sur Playstation 3. Alors que la jouabilité et les histoires se sont grandement étoffées au fil des Uncharted, c'est un drastique retour en arrière qu'on nous impose sur Golden Abyss. Pire, l'un des principal atout de cet opus, le tactile, se retourne en partie contre lui à cause d'un mauvais dosage et d'une utilisation parfois superflue. Enfin, on ne peut passer sous silence l'histoire, inintéressante au possible avec un scénario qui attend la moitié du jeu pour se mettre en place et qui au final se résume à "sauver la fille en détresse et découvrir une cité antique" sans la moindre subtilité. Bref, Uncharted : Golden Abyss est tout de même un bon jeu... mais un mauvais Uncharted !

Points forts

  • De l'aventure, de l'action, tous les ingrédients d'Uncharted
  • Superbes graphismes
  • Points faibles

  • Un scénario largement en deçà des Uncharted PS3
  • Passages obligatoires en tactile et au gyroscope soûlants
  • Article complet

    Fièrement exhibé comme le porte étendard technologique de la console lors du lancement de la Playsation Vita, Uncharted : Golden Abyss marque aussi la première excursion de Nathan Drake sur console portable et le première volet de la saga non réalisé par le studio Naughty Dogs.

    L’aventure de Golden Abyss prend place avant le tout premier Uncharted sorti sur Playsation 3 en 2007. Nathan Drake débute l’aventure en compagnie d’un associé, Jason Dante et d’une chercheuse, Marisa Chase. Le trio fait des recherches sur les vestiges d’une expédition espagnole en Amérique centrale il y a 400 ans. Sauf que la zone est sous la coupe du avide général Guerro qui veut faire main basse sur les richesses découvertes par les fouilles. Chase se retrouve prisonnière des militaires et Drake part alors à son secours.

    Le cocktail propre à la série Uncharted est ici respecté à la lettre : action, plateforme, humour et graphisme haut en couleur. Mais PSVita oblige, les développeurs ont ajouté des interactions tactiles et gyroscopiques. Ainsi le joueur pourra sauter en utilisant les contrôleurs classiques (croix et boutons) ou alors tracer le chemin à parcourir directement sur l’écran de la console. Idem pour le changement d’arme qui pourra se faire d’une simple pression sur l’écran. Sony Bend, le studio derrière Uncharted : Golden Abyss, a tout de même tenu à offrir le choix au joueur entre tactile et contrôle classique… enfin presque toujours et c’est bien dommage de quand même subir des passages obligés « tactiles ».

    Graphisme efficace mais peu inspiré

    Le jeu est une belle claque visuelle, avec des effets de lumières superbes, des graphismes haut en couleur… enfin une console portable qui permet d’avoir des jeux « next-gen » dans la poche (une grande hein…).

    Le jeu se passe en grande partie dans la jungle. Les habitués de la saga pourront s’émouvoir de se voir resservir les mêmes environnements qu’Uncharted 1 et ils auront bien raisons. C’est certes beau, mais diable que ce n’est pas original.

    Surtout que de vilains effets viennent gâcher la fête. Les effets de flammes sont particulièrement laids et pixelisés et on a même droit à un niveau entier avec un hangar en flamme pour vraiment être sûr de ne pas rater les flammes moches. Mais mis à part ce détail, les graphismes, les effets de lumières, tout concourt à immerger le joueur dans l’aventure.

    Enfin, dernière grief, le manque d’inspiration dans les décors. La jungle n’offre que peu de moment de bravoure, ici une cascade, là un gouffre… mais on s’emballe rarement devant l’originalité des graphismes.

    Demandez à un joueur de vous citer un passage de Uncharted 1, il vous parlera surement de la découverte du sous marin dans la jungle. Demandez à un joueur de vous citer un passage de Uncharted : Golden Abyss… je serais fort surpris qu’il arrive à se rappeler d’un moment « cool ».

    Histoire bateau et problème de rythme

    Il ne faut pas tortiller, l’histoire de cet Uncharted est vraiment, mais alors vraiment en carton. Drake est ici « un petit jeune » et l’histoire se passe avant ses autres aventures… mais est-ce une raison pour rendre Golden Abyss aussi chi**t ?

    On est embarqué dans une histoire de fouille, avec un Dante qui n’arrête pas de la ramener, puis s’ensuit une poursuite et des combats avec les militaires dont le chef est aussi charismatique qu’un chanteur d’opéra… et le premier rebondissement arrive quand la console affiche fièrement « vous êtes à 43% du jeu »… Presque la moitié du jeu à enchainer combats et plateformes sans véritable histoire, ni explications, ni but autre que « ho on nous tire, vite il faut fuir ». Bref, on est loin de la mise en scène des Uncharted PS3.

    Mais alors le pire c’est qu’une fois que l’histoire se met en place (vers 60% du jeu), là on nous colle des cinématiques toutes les dix minutes. Alors c’est sûr qu’elles sont jolis, mais avoir des morceaux d’histoires, rien de spectaculaire, dans des cut-scènes à répétition, ça n’aide pas à se sentir investi dans le jeu.

    Les erreurs du Sixaxis sont de retour

    La jouabilité, dans son ensemble, est bonne. Attention, juste « bonne » et pas excellente comme dans les autres Uncharted. Il peut arriver de mourir bêtement parce que Drake fait un rouler-bouler au lieu de s’accrocher à une corde ou alors il saute dans un ravin au lieu de s’accrocher à la corniche. Heureusement c’est rare mais une fois qu’on a touché à un Uncharted sur PS3, on a du mal à accepter ça.

    Non, le vrai problème vient du tactile.

    L’idée de laisser le choix au joueur est super, et certaines commandes tactiles sont très bien pensées : ramasser les objets, tracer le parcours à suivre sur les corniches. Mais ce n’était pas suffisant… comme au début des manettes Sixaxis sur PS3 où il fallait coller partout des commandes pourris gyroscopiques, on a droit à des passages obligés au tactile et au gyroscopique.

    Un tronc d’arbre au dessus d’un ravin ? Drake s’arrête automatiquement au milieu et vous devrez balancer la console de droite à gauche pour éviter de tomber… et de mourir. Envie de ramasser le trésor derrière ces roseaux : obligés de manier la machette au tactile. Envie de faire un combat corps à corps : soyez prêt à finir le combat avec des QTE tactiles. Et que dire des moments où il faut hisser un personnage ou enfoncer un mur : après votre 5ème mur enfoncer via des QTE tactiles, vous ne pourrez plus voir un mur en couleur…

    Le tactile sert aussi à résoudre des énigmes… qui bien souvent ne servent à rien à l’histoire. Je pense notamment au puzzle et autre document déchiré qu’il faudra reconstituer. Cela servira juste à compléter la collection d’objet de Drake et à satisfaire les fans de scoring.

    Et le tactile n’aide vraiment pas les problèmes de rythme cités plus haut. Vous êtes en train d’explorer et hop, vous devez enfoncer un mur : vos persos se placent, vous faites le QTE, cinématique du mur enfoncé et hop on reprend l’histoire… Sympa et fun au début, mais après ça coupe l’action, ça n’apporte rien et on sent la pression de Sony sur le studio genre « collez moi du tactile partout, histoire de légitimer le prix de l’écran hein ! ». Du coup on se tape des puzzles, des objets à « nettoyer » au tactile, à prendre des photos… rien n’est obligatoire, mais dans tous les cas ces évènements seront imposés au joueur, coupant ainsi l’action en cours et obligeant ce dernier a passé ces séquences si ça le gonfle (le gonflant du coup encore plus).

    En conclusion

    Uncharted : Golden Abyss est un bon jeu qui prouve bien les capacités de la PSVita. Si vous aimez le mélange d’action et de plateforme, vous serez servi, surtout qu’il faut l’avouer, y’a rien d’équivalent sur PSVita pour le moment.

    En revanche il est difficile de ne pas comparer cet opus à ces ainés sortis sur Playstation 3. Alors que la jouabilité et les histoires se sont grandement étoffées au fil des Uncharted, c’est un drastique retour en arrière qu’on nous impose sur Golden Abyss. Pire, l’un des principal atout de cet opus, le tactile, se retourne en partie contre lui à cause d’un mauvais dosage et d’une utilisation parfois superflue. Enfin, on ne peut passer sous silence l’histoire, inintéressante au possible avec un scénario qui attend la moitié du jeu pour se mettre en place et qui au final se résume à « sauver la fille en détresse et découvrir une cité antique » sans la moindre subtilité. Bref, Uncharted : Golden Abyss est tout de même un bon jeu… mais un mauvais Uncharted !

    # Le détail #

    Graphisme : 14/20
    Presque aussi beau qu’Uncharted 1 sorti sur PS3… en 2007 mais pour une portable, c’est une grande première. Le jeu est beau et affiche une multitude de détail et ne souffre d’absolument aucun ralentissement. Dommage que les effets de feu et de flamme soient aussi laid.

    Scénario : 08/20
    Des cités antiques perdues et gorgées d’or, des méchants avides et un Nathan Drake sauveur de jeune fille… Certains diront que c’est le cocktail classique des Uncharted mais le manque de mise en scène et de subtilité de cet opus le pénalise lourdement, surtout avec une première moitié du jeu sans réel but, limité à combattre et à fuir.

    Jouabilité : 16/20
    Tout est ok et vous ne serez que rarement prit à défaut. Certains fonctions tactiles apportent même un vrai plus à la jouabilité.

    Durée de vie : 13/20
    Faut compter environ 10h pour boucler l’aventure. Tout dépendra après des heures que vous passerez à collecter tous les trésors, et y’en a un sacré paquet !

    Musique & Son : 15/20
    Discrètes mais de qualité, les musiques portent bien l’action et les bruitages sont superbes, que ce soit les armes ou les environnements.

    Note Globale : 13/20
    Le jeu apporte son lot d’aventure et de divertissement. En ce sens, le contrat est rempli. En revanche, pour ceux qui s’attendait à une aventure haute en couleur et grandiose, il vaut mieux retourner à Uncharted 3…

    Uncharted : Golden Abyss